Accueil > Interviews > Interview de Brigitte Lahaie (page 2)

Interview de Brigitte Lahaie (page 2)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Brigitte Lahaie (page 2)


Vous apparaissez à l'affiche de 7 de ses films, avez-vous tous les titres en tête ?

Non certainement pas, mais je me souviens de mes rôles principaux. J'ai une affection pour "Fascination" qui est sûrement l'un de mes plus beaux rôles. Je garde également de bons souvenirs de ce tournage, il y avait la magie qui s'opère parfois sur un film.

A quoi attribuez-vous cette fidélité ? Savez-vous si Jean Rollin projette de tourner d'autres films, et auquel cas accepteriez-vous d'y participer ?

Je suis fidèle à Jean Rollin parce que j'ai la notion de la fidélité. Les personnes qui m'ont aidée à des moments difficiles, je ne les oublie pas. De plus, Jean sait respecter la femme médiatique que je suis devenue. Lorsqu'il me propose quelque chose, c'est toujours en adéquation avec ce que je suis. Il prépare ce qu'il pense être son dernier film, nous devons nous rencontrer prochainement pour en parler mais a priori, il peut déjà compter sur ma présence.

Jesus Franco, réalisateur au parcours à peu près comparable, appréciait-il aussi votre travail ?

C'est une toute autre histoire. Jess n'est pas un ami mais j'ai eu l'occasion de tourner plusieurs fois sous sa direction. Pour moi, il n'a pas le talent d'auteur de Jean Rollin car quoiqu'on en dise, Jean est un véritable auteur. Jess serait plutôt un bon ouvrier. Néanmoins, Jess a une grande qualité, il sait bien diriger les acteurs et c'est avec lui, à l'occasion du tournage de "Dark Mission, les Fleurs du Mal", que j'ai sans doute eu la première fois l'impression que j'étais capable d'être une bonne comédienne.

Vous auriez déclaré que votre première rencontre ne s'était pas bien déroulée...

En fait, il y a eu un différent entre Jess et moi lors d'un tournage de film X. Je voulais rentrer à Paris pour des raisons personnelles et Jess n'a pas apprécié mon départ certes un peu précipité. Mais cela n'avait rien à voir avec notre travail.

Quel souvenir gardez-vous de "Dark Mission, les Fleurs du Mal" et "Les Prédateurs de la Nuit", vos deux dernières collaborations avec Franco ?


Brigitte Lahaie, aux côtés d'Helmut Berger

Pour le premier, comme je vous le disais précédemment, ce fut plutôt une belle expérience. Pour "Les Prédateurs de la Nuit", ce fut en revanche plus délicat car Jess n'était pas le seul maître à bord. Le film était produit par René Chateau, mon compagnon à l'époque, et ils n'avaient pas toujours le même point de vue. Mais dans l'ensemble, j'ai plutôt apprécié ce tournage qui fut sans doute pour moi mon meilleur rôle dans un film avec un budget un peu plus conséquent ! Et puis, j'ai eu la chance de très bien m'entendre avec Helmut Berger qui est tout de même un acteur mythique.


Page précédente - - Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -- Page 5 -
Retour vers les interviews