Accueil > Interviews > Interview de Max Thayer (page 6)

Interview de Max Thayer (page 6)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Max Thayer (page 6)


"Je suis revenu une nouvelle fois aux Philippines en 1985 pour un film de Jun Cabreira, Commando Massacre. A l'origine il devait s'appeler Blood Machines. Subtil, pas vrai ? Le tournage fut difficile, mais Jun avait une équipe incroyable et tout s'est bien déroulé.

Nous étions descendus dans un hôtel très chic de Manille, le Manila Garden Hotel, où logeait également l'équipe d'un autre film philippin réalisé par le grand Cirio H. Santiago, et dont la vedette était le karateka Richard Norton, accompagné d'autres acteurs d'Hollywood. Je me joignais à la petite communauté après le tournage, et c'est là-bas que j'ai fait la connaissance d'un sympathique compatriote du nom de Robert Patrick. Quelques années plus tard, il s'est fait connaître grâce à Terminator 2.

Vous m'avez posé une question sur les conditions de travail aux Philippines, et je dois admettre qu'il y avait de gros problèmes à surmonter. Je vous ai envoyé quelques photos prises sur les plateaux des différents films auxquels j'ai participé : vous y verrez des décors fabuleux, construits par des équipes industrieuses et dures à la tâche. Le cinéma philippin a une longue histoire, qui reste à découvrir. Sa réelle pauvreté est compensée par un grand enthousiasme, comme on en voit peu ailleurs. Je n'ai jamais vu des gens en faire autant à partir de si peu.


"Le cinéma philippin a une longue histoire, qui reste à découvrir."

J'ai été rappelé aux Philippines par Teddy Page pour Commando Phantom, en 1988. [NdlR : Après le tournage de Karate Tiger 2 sur lequel nous revenons en détail dans le chapitre suivant] Je sais qu'on en trouve des critiques sur internet, mais là encore, je n'ai jamais vu le film. Vous connaissez Google ? C'est un moteur de recherche. En tapant "Max Thayer", vous devriez en apprendre davantage. Si vous avez d'autres infos à propos de ce film, faites-le moi savoir car je pense avoir fait deux ou trois bonnes choses là-dedans et j'aimerais bien disposer d'une copie. Teddy Page m'a dit qu'il m'avait conseillé pour le rôle principal mais que le producteur, patron de Regal Studios, n'était pas convaincu. Comme Karate Tiger 2 passait à Manille, ils sont allés le voir et au final, je suis reparti pour un tour de Philippines ! Je ne sais pas pourquoi Teddy Page est crédité au générique sous le nom de " Irvin Johnson ". Il s'agit du vrai nom du joueur de basket Magic Johnson et je suppose que Teddy s'amusait à essayer un nouveau pseudo. Ce fut ma dernière visite dans l'archipel... "


Page précédente - - Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -- Page 5 -- Page 6 -- Page 7 -- Page 8 -- Page 9 -- Page 10 -
Retour vers les interviews