Accueil > Interviews > Interview de Max Thayer (page 4)

Interview de Max Thayer (page 4)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Max Thayer (page 4)


Comme nous le savons, c'est aux Philippines que les aventures de Max Thayer dans la jungle du nanar connurent leurs développements les plus marquants puisqu'il y tourna en vedette les furieux Laser force l'arme absolue et Commando Massacre. Loin de se cantonner à l'actioner bourrin, il fut également l'un des acteurs principaux du plus méconnu The Dolls, une production érotisante qui compte parmi ses expériences les plus singulières. Max nous raconte par le menu comment il est arrivé aux Philippines, nous livrant au passage quelques anecdotes de tournage fort croustillantes...

"En 1980, je me suis blessé. Je me suis retrouvé au rancart jusqu'à ce qu'un ami me passe, trois ans plus tard, un super tuyau qui a remis ma carrière sur les rails. Buck Flower, un excellent second couteau que j'avais rencontré sur Ilsa, m'a téléphoné un jour pour me dire qu'on cherchait un gars pour un rôle de premier plan dans un film philippin. C'est comme cela que j'ai rencontré Hubert Frank, un homme charmant doublé d'un réalisateur de grand talent. A l'audition, j'étais en concurrence avec pas mal de monde mais, une semaine plus tard, Buck m'a téléphoné pour me dire : "Hé, môme ! Ca te dirait d'aller aux Philippines ?!"

C'est la grande aventure du métier d'acteur.


"La voix d'un acteur reflète sa personnalité. Si vous lui enlevez ça, vous diminuez de moitié l'impact de sa prestation."


Max Thayer nous ouvre son album photos :
Photos prise sur le tournage de The Dolls

Story of the Dolls était l'histoire d'un photographe de nu en reportage aux Philippines, accompagné de playmates françaises, allemandes, autrichiennes et sénégalaises. Sur l'une des îles alentour, il découvrait alors une splendide créature locale. Les filles qui jouaient dans le film étaient en fait des mannequins du magazine Penthouse. Quant à Tetchie Abgayani, la splendide philippine en question, c'était une véritable playmate du magazine Playboy. Cela avait du reste provoqué un scandale assez gouleyant, puisqu'à l'époque, Imelda Marcos avait accusé Tetchie de renvoyer une image dégradante des femmes des Phillippines, ce à quoi Techie avait d'ailleurs répondu, traitant la femme du président d'hypocrite et l'accusant de diffamation ! C'était Tetchie : un corps de rêve, une tête de mule ! Elle a voulu tenter sa chance à Hollywood un peu après. Elle n'a eu que des petits rôles, mais crédités, dans des films de prestige comme La Forêt d'émeraude de John Boorman. Se balader avec elle dans Manille, c'était un peu comme être avec Mick Jagger ! Tourner une scène dans la rue attirait les gens par centaines et provoquait aussitôt une mini-émeute. Trois ou quatre prises tout au plus, et il fallait décamper.

Le film était tourné en muet. Cela m'a un peu déçu, sans réellement me perturber : je me concentrais sur mon jeu d'acteur et tout le monde se comportait avec professionnalisme. Malgré tout, la voix d'un acteur reflète sa personnalité. Si vous lui enlevez ça, vous diminuez de moitié l'impact de sa prestation. Au final, j'ai trouvé le résultat gentillet et pas désagréable."


Page précédente - - Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -- Page 5 -- Page 6 -- Page 7 -- Page 8 -- Page 9 -- Page 10 -
Retour vers les interviews