Accueil > Interviews > Interview de Henry Strzalkowski (page 4)

Interview de Henry Strzalkowski (page 4)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Henry Strzalkowski (page 4)


Des souvenirs de Richard Norton ?


« Mission Accomplie » (« Mission Terminate » aka

« Return of the Kickfighter », 1987), réalisé par Anthony Maharaj.

Richard Norton est un gentleman charmant et un artiste martial très professionnel. J'ai eu la chance de travailler avec lui sur « Equalizer 2000 », « Raiders of the Sun », et un film appelé « Rage », produit par Anthony Maharaj. Nous étions amis et nous avons apprécié de travailler ensemble.



[Ils apparaissent également tous deux dans « Les Nouveaux Conquérants » (« Future Hunters » aka « Deadly Quest » aka « Spear of Destiny », 1986), ainsi que dans « Mission Accomplie » (« Mission Terminate » aka « Return of the Kickfighter », 1987).]

« Angelfist » et feu Cat Sassoon ?

La fille de Vidal Sassoon était une espèce de diva et je suis content de n'avoir eu qu'un boulot d'acteur sur celui-là. Rien d'autre à dire.

« Silk 2 » et la pulpeuse Monique Gabrielle ?

Encore une fois… pas de commentaires !

« American ninja » et Shô Kosugi ?

Sans doute le premier film de ninja. J'avais une scène avec l'acteur de seconds rôles Blackie Dammett, qui est par ailleurs le père d'Anthony Kiedis, le chanteur des Red Hot Chili Peppers. Son interprétation du terroriste fou, homosexuel et en chaise roulante est l'une des prestations les plus bizarres et sans doutes des plus dérangeantes que j'aie jamais vu.

David Carradine ?


Behind Enemy Lines (1986).

J'ai travaillé avec lui sur quatre films, « Behind Enemy Lines », « Dune Warriors », « Field of Fire » et « Firehawk ». C'était un acteur très pro mais il avait ses humeurs. J'imagine que c'était lié au fait que sa carrière n'allait pas fort à l'époque. C'est super de le voir faire son come-back avec « Kill Bill ».

Une question un peu triviale : dans certains de vos films vous avez une moustache, dans d'autres non. Est-ce qu'il était conseillé ou demandé de changer de look d'un film à l'autre pour ne pas être reconnu ? [La question peut sembler idiote mais Bruce Baron nous a dit que le patron de Kinavesa, K.Y. Lim, travaillait en rotation avec ses acteurs principaux, pour ne pas avoir toujours les mêmes inconnus en tête d'affiche]

J'ai rasé ma moustache de temps en temps pour avoir l'air plus jeune, mais je l'ai gardée depuis 1991.


Page précédente - - Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -- Page 5 -
Retour vers les interviews