Accueil > Interviews > Interview de Godfrey Ho (page 5)

Interview de Godfrey Ho (page 5)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Godfrey Ho (page 5)


Les acteurs « gweilos »

Quels souvenir avez-vous gardé d'Alphonse Beni ?


Alphonse Beni en costume ninja.

Le Noir, c'est ça ? Je l'avais rencontré à Cannes, au marché du film. Il était distributeur au Cameroun. Quand il a vu nos films, il a dit : "Oh, Godfrey, c'est excellent ! Je veux faire ce genre de films" "Tu veux faire des films ? Ok !" "Et je veux en être la vedette !" "Ok, viens tourner !" (rires). Et voilà ! "Tu allonges l'argent et tu as les droits pour l'Afrique ou la France. Les droits, et tu figures en tête d'affiche, ça te va ? Cool !". C'est comme ça qu'on a fait "Black Ninja". Un film vraiment naze (rires). Mais c'est lui qui payait, il voulait être la star, pourquoi pas ? (rires) C'est le business.

Il a fait autre chose pour IFD ?

Pour IFD, seulement "Black Ninja", ensuite j'ai travaillé avec lui pour mon propre compte [NdT : probablement pour un film nommé "Top Mission", signé « Charles Lee » et produit par Godfrey]

Je voudrais savoir quels souvenirs vous avez gardé des quelques acteurs occidentaux avec lesquels vous avez tourné :



Pierre Tremblay ?


Pierre Tremblay dans "Princess Madam".

C'est également un doubleur. Il est bon. Il a beaucoup d'humour. Un très chic type. Il a épousé une Chinoise.

John Ladalski ?


John Ladalski et Francesca Harrison

dans "Diamond Ninja Force".

C'est un peu un gars à problème. Je l'ai encore vu l'année dernière au marché du film de Hong Kong. Actuellement, il réside en Thaïlande. Il est photogénique mais pas très professionnel. Un peu émotif, aussi. Comparé à d'autres acteurs américains, il est moins pro. Je crois que je préfère travailler avec Pierre plutôt qu'avec John.

Bruce Baron ?

Un faiseur d'embrouilles. Je me souviens d'une fois où il a voulu se moquer d'un caméraman. Seulement, cela a dégénéré ente eux et ils voulaient en venir aux mains. J'ai dû moi-même les arrêter. Il parlait un peu le chinois et s'est mis en tête de se lier avec le caméraman. Au début c'était pour s'amuser, mais il s'est énervé et les gars de l'équipe, deux ou trois gus, voulaient le démolir. J'ai fait : "Vous voulez le tuer ? Vous voulez lui casser la tête ? Je ne pourrai plus tourner ! Allons, une blague, c'est une blague, on n'est pas censé prendre ça au sérieux. Arrêtez votre merdier !". Ce n'est pas vraiment un acteur très professionnel.

Stuart Smith ?

Lui, ça va. Plutôt bon. Plutôt coopératif.

Richard Harrison ?


Richard Harrison, ravi d'être là dans "The Ninja Squad".

Richard est excellent ! Un très brave type, un vrai gentleman.

Mike Abbott ?


Mike Abbott en flic occis dans "Princess Madam".

Mike Abbott est le genre de personnage assez mal dégrossi, voyez. Un gars costaud, un fonceur. Très occidental. Mais je n'ai pas eu à me plaindre de lui.

Bruce Fontaine ?

Ouais, très sympa. Bon gars, bonne mentalité. Très coopératif.

Jonathan Isgar ?


Jonathan Isgar est... Catman !

Un boute-en-train. Je l'aimais bien aussi mais il n'était pas très pro. Même s'il faisait ce qu'on lui disait, il venait surtout là pour s'amuser.

Ken Goodman ?

Moyen. Mais pas de problème avec lui en ce qui me concerne.

Steve Tartalia ?


Steve Tartalia dans "Trinity goes East" de Robert Tai

Il était très remuant. Il aimait les défis. Il pratiquait le kung fu et il voulait se mesurer à tout le monde. J'étais là : "Non, non ! Garde ton kung fu pour toi !" (rires). Une fois, il s'est quand même fritté avec un Britannique.

Mark Houghton, c'est ça ?

Ouais ! Mark Houghton avait une bonne maîtrise du Hung Gar [NdT : Style de Kung Fu traditionnel du sud de la Chine pratiqué par Wong Fei Hung et Lau Kar Leung] et il s'était pris un coup dans le nez sur le plateau. J'ai dit : "S'il vous plaît, les gars, pas de ça ici. Vous ferez ce que vous voudrez une fois que tout sera dans la boîte, mais pas sur le plateau. Je vous en supplie ! " (rires). Mais sinon, Mark est un bon gars.

Des acteurs avec qui vous avez travaillé, spécialement Richard Harrison et Bruce Baron, se sont plaints que les contrats n'avaient pas été respectés. Ils avaient signé pour un film et se sont retrouvés dans dix au final !

Oui, vous voulez parler de tous ces trucs ninjas, n'est-ce pas ? Oui, on a fait ça au montage. Les ninjas effectuaient des missions qui pouvaient coller avec tel film ou avec tel autre. C'est pourquoi le producteur m'a demandé si je pouvais faire ce montage. J'ai dit : "Oh, arrête…". Je ne voulais pas le faire mais c'était lui le patron. Par la suite, Richard Harrison m'en a voulu : "Godfrey, tu m'as trahi !". Allez ! C'est pas ma faute ! Je n'avais aucun contrôle sur ça. C'est mon patron qui me forçait à le faire. Je n'étais qu'un intermédiaire. Richard avait signé son contrat avec le producteur. C'est plutôt à lui qu'il devrait s'en prendre, pas à moi. Ceci dit, c'est vrai qu'il avait été engagé pour deux ou trois films et que le producteur en a fait le double en remontant les bandes. Ca a rendu Richard Harrison fou de rage. La vérité, c'est que ce genre de patron n'a aucun sens moral. C'est aussi pourquoi je suis parti. Il ne recherchait que le profit à court terme sans même se soucier de faire quoi que ce soit de correct.


Page précédente - - Page suivante

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -- Page 5 -- Page 6 -
Retour vers les interviews