Accueil > Interviews > Interview de Antonio Margheriti (page 4)

Interview de Antonio Margheriti (page 4)

Si nous aimons rire d'un certain cinéma déviant, nous sommes très loin de mépriser les hommes et les femmes qui s'y sont impliqués ou compromis. Il nous a ainsi paru enrichissant de faire raconter le nanar et son univers par les gens qui l'ont vécu de l'intérieur. La diversité des intervenants et de leurs réponses nous a rendu encore plus proches du cinéma que nous aimons : vous découvrirez, au fil des entretiens que ces différentes vedettes ont bien voulu nous accorder, des informations précieuses pour le cinéphile et le cinéphage, des anecdotes cocasses et, en esquisse, le portrait attachant de personnages souvent hauts en couleur.
liste des catégories

Antonio Margheriti (page 4)


En 1982 vous tournez Il mondo di Yor (Yor le Chasseur du Futur), une coproduction italo-turque avec Reb Brown.

C'était un tout petit film qui a été acheté par la Columbia. Le film débute au temps de la Préhistoire et se termine dans un univers de science-fiction. Ce mélange bizarre me plaisait beaucoup. Selon moi, cela permettait de bénéficier des qualités des deux genres.

Le film a été distribué dans une combinaison de 1450 copies sur tous les États-Unis. Le premier week end, il a fait 3 millions de dollars en Amérique.


"Le film débute au temps de la Préhistoire et se termine dans un univers de science-fiction. Ce mélange bizarre me plaisait beaucoup. Selon moi, cela permettait de bénéficier des qualités des deux genres. "

Ce film avec des effets spéciaux futuristes marquait pour vous un retour aux sources.

Oui, et j'ai toujours aimé les combinaisons étranges.

Comme la kung fu comedy à l'italienne (Ming Ragazzi!/Hercule contre karaté, 1973), le western blaxploitation (Take A Hard Ride/La Chevauchée terrible, 1975) ou le western soja par exemple.

Là dove non batte il sole (Le Bon, La Brute et le Karaté, 1974) était une opération commerciale montée par Carlo Ponti avec la Shaw Brothers, au delà de tout réalisme. Lee Van Cleef a accepté de participer au film car nous étions liés par une amitié et une estime réciproques. Quel visage magnifique !

Pouvez-vous nous parler de votre film d'aventures La leggenda del rubino malese ?

On a tourné sans scénario. Dans ce film, tous les véhicules sont des modèles réduits.

Comme dans la poursuite en voiture de Con la rabbia agli occhi (L'Ombre d'un tueur, 1976) ?

Comme dans tous mes films. Parfois je n'ai pas le choix. Quand j’ai tourné ce film en Turquie, toutes les voitures avaient disparu au troisième jour du tournage, il a donc fallu les remplacer par des maquettes.

Je vous avoue que je m'amuse davantage avec des maquettes qu'avec des cascadeurs. J'ai tourné avec Remi Julienne Car Crash (L'Enfer en quatrième vitesse, 1980). Il s'est occupé des vraies cascades, mais j'ai réussi avec mes modèles réduits des prouesses qu'il aurait été incapable de réaliser pour de vrai.


"Quand je tournais un film en Turquie, toutes les voitures avaient disparu au troisième jour du tournage, il a donc fallu les remplacer par des maquettes. "

I cacciatori del cobra d'oro est une imitation italienne des Aventuriers de l'Arche perdue de Spielberg.

On me dit toujours que j'ai copié Spielberg, mais j'ai tourné mon film un an avant le sien. On y trouve la lave, les cavernes, bien avant Indiana Jones et le temple maudit.

Je préfère votre film à celui de Spielberg.

Vous allez me faire pleurer. C'est un film d'une pauvreté absolue. La lave en fusion est faite avec du plastique. J'y ai mélangé du verre brisé pour obtenir des reflets scintillants. L'idée m'est venue grâce à un accident de tournage.

L'ultimo cacciatore (Héros d'apocalypse, 1980) est le meilleur Vietnam Movie à l'italienne.

C'était mon premier film tourné aux Philippines, avec David Warbeck. L'histoire était très belle.

Combien de films avez-vous fait ?

Je ne me souviens plus.

Merci beaucoup pour cet entretien.

Merci à vous, ce sera ma dernière interview.


Page précédente -

- Page 1 -- Page 2 -- Page 3 -- Page 4 -
Retour vers les interviews