Accueil > Glossaire > E > Effets spéciaux

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Effets spéciaux :


Symbole par excellence de la magie du cinéma, les effets spéciaux, quand ils sont ratés, peuvent être un facteur essentiel de la nanardisation des films, qu'il s'agisse de simple désuétude ou de pure incapacité de la part des techniciens et des réalisateurs désargentés ou je-m'enfoutistes.


Un oeil crevé en babybel dans "Mafia vs Ninja".


Les vols de "Supersonic Man".


Une tête explosée dans "Bloody Highway".

Le maquillage de Gerald Okamura dans le final de "The Master Demon".

Trucages ayant mal supporté le poids des ans, mais aussi effets bâclés, maquillages et costumes ridicules (voir : Craignos monster), transparences visibles à l'oeil nu, laser dessinés au tippex à même la pellicule : c'est aussi ça, la magie du nanar !


Un rayon de la mort dans "Turkish Star Trek".


Une superbe maquette et une magistrale surimpression dans "Sauvetage Explosif"

Des cyborgs magnifiquement maquillés dans "Knights, les Chevaliers du Futur".




Des effets spéciaux ringards en image de synthèse dans "Crocodile", de Tobe Hooper, "SWAT : Warhead One" et "GiAnts" : la technique évolue, le nanar demeure!


Voir également : Mannequin, Maquette, Blue Screen, CGI.
Le glossaire