Accueil > Glossaire > B > Buddy movie (ou buddy film)

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Buddy movie (ou buddy film) :

Littéralement : « film de copains » en anglais. Genre filmique apparu au début des années 1980, articulé autour d’un duo de héros composé de deux personnalités très différentes, généralement des policiers obligés de faire équipe bien malgré eux. Leur collaboration, d’abord difficile, se nouera peu à peu en solide amitié, le tandem parvenant à surmonter ses antagonismes face à un adversaire commun. Cette recette éprouvée restant généralement cantonnée au genre policier, on parle aussi de « buddy cop film », les aptitudes très différentes des deux flics leur permettant de résoudre chacun une partie de l’enquête pour en faire au final un duo parfaitement complémentaire. Accessoirement, le contraste entre les deux personnages sert aussi de ressort comique au film.


Le « 48 Heures » de Walter Hill (1982), classique du buddy movie, dont la jaquette vidéo censura grossièrement l'affiche cinéma.


Citons à titre d’exemple les films « 48 Heures » (le mètre-étalon du genre, avec Nick Nolte en vieux flic blanc bourru et Eddie Murphy en petit truand noir cabotin), « L'Arme Fatale », « La Loi de Murphy », « Double Détente », « Tango & Cash », « Men In Black », « Rush Hour », « Bon Cop, Bad Cop », « Hot Fuzz », « Top Cops » etc.


Un sous-genre du "buddy movie" : le "buddy cop-dog movie" !


Précisons malgré tout que l'idée de réunir deux personnages dissemblables dans une folle équipée ne date pas d'hier : un cinéaste comme Gérard Oury aura par exemple souvent eu recours à de tels duos comme élément comique dans des films comme « Le Corniaud », « La Grande vadrouille », « Le Cerveau » ou encore « L'As des as ».

Lien : Un article qui décortique le genre sur dvdrama.com.

Le glossaire