Accueil > Glossaire > H > Heimatfilm

Le glossaire de nanarland

Pitch, 2 en 1, Nudie, Rape and Revenge, Nanar volontaire, Kaiju Eiga, nous nous sommes rendu compte que les termes employés frisaient parfois le jargon. Pas question de déconcerter le néophyte : le nanar, comme tout objet d'étude, mérite d'avoir un vocabulaire accessible et clairement défini.
Grâce à ce lexique, vous pourrez saisir le jargon de la cinéphilie pointue et/ou décadente, mais aussi découvrir ou approfondir votre science du monde fantastique du mauvais film symathique.
Voici donc pour la première fois au monde le glossaire nanar, simple, évolutif, et richement illustré.

Le glossaire nanarland

Heimatfilm :

Pluriel Heimatfilme. Pouvant se traduire par "films de terroir", bien que le terme "Heimat", à l'usage assez souple, désigne en allemand des notions comme "foyer" ou "mère-patrie". Catégorie de films germaniques appréciés en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Les Heimatfilme, souvent tournés dans les Alpes, proposent des intrigues sentimentales ou des comédies familiales, au ton parfois légèrement moralisateur, dans des décors bucoliques et montagnards. Appréciés du public dès les années 1920, ces films sont encouragés par le régime nazi qui y voit un divertissement sain et inoffensif, conforme de surcroît à l'idéologie de la Terre et du Sang. Les films de réalisateurs comme Leni Riefenstahl et Luis Trenker sont souvent rattachés au genre. Mais le principal essor des heimatfilme a lieu après 1945 ; le public allemand, éprouvé par la guerre, apprécie ces films reposants et frais, tournés dans les décors charmants d'une Allemagne éternelle où tout est resté intact. Ces bluettes dominent la production germanique des années 1950 ; le premier film de Romy Schneider, "Lilas blancs", relève de ce genre considéré aujourd'hui comme extrêmement kitsch, voire même assez nanardesque. Les heimatfilme sont démodés à partir des années 1960 et rejetés par le "nouveau cinéma allemand". Le titre de la série de films d'Edgar Reitz, "Heimat", leur rend un hommage semi-ironique. Après 1980, le genre renaît quelque peu, mais dans une version moins manichéenne et agrémentée de critiques contre le conservatisme des sociétés rurales.


Le glossaire